• Mon compte
  • Panier

Jean-Baptsite Pergolèse, Antonio Vivaldi - Stabat Mater

Deux œuvres phares du répertoire de la musique sacrée pour le temps du Carême et de la Passion.

Livre CD

La Croix et Bayard-Musique proposent un nouveau Hors-Série avec deux œuvres phares du répertoire de la musique sacrée pour le temps du Carême et de la Passion : le Stabat Mater mis en musique par deux grands compositeurs de l'Italie du XVIIIème siècle, Jean-Baptiste Pergolèse et  Antonio Vivaldi.


Le Stabat Mater propose une méditation sur la souffrance de la Vierge Marie, mère du Christ, toute de douleur au pied de la Croix. Une mère devant le drame de la mort de son fils, une femme bien incarnée, pleine de désolation. Cette séquence du Vendredi saint a été mise en musique de très nombreuses fois.

-

Le Livre-CD ADF Bayard Musique

En savoir plus

9,90 €

Livre CD

La Croix et Bayard-Musique proposent un nouveau Hors-Série avec deux œuvres phares du répertoire de la musique sacrée pour le temps du Carême et de la Passion : le Stabat Mater mis en musique par deux grands compositeurs de l'Italie du XVIIIème siècle, Jean-Baptiste Pergolèse et  Antonio Vivaldi.


Le Stabat Mater propose une méditation sur la souffrance de la Vierge Marie, mère du Christ, toute de douleur au pied de la Croix. Une mère devant le drame de la mort de son fils, une femme bien incarnée, pleine de désolation. Cette séquence du Vendredi saint a été mise en musique de très nombreuses fois.


C'est la dernière œuvre composée par Pergolèse qui n'a que 26 ans, deux mois avant sa mort. Elle est devenue au fil du temps une œuvre majeure du répertoire de la musique sacrée. Interprétée dans cette version par une voix d'enfant (Sébastian Hennig) et le très fameux contre-ténor René Jacobs, cette œuvre est à la fois pleine de douleur et de sérénité.


A l'inverse , la composition de Vivaldi était tombée dans l'oubli pendant de nombreuses années. Elle fut donnée pour la première fois en 1712 à l'occasion de la fête des sept douleurs de la Vierge Marie, et a été redécouverte au XXème siècle. L'interprétation proposée ici est considérée aujourd'hui comme un ""Sommet vivaldien ! Chiara Banchini dynamite largement une tradition poussiéreuse. Elle nous dévoile, avec des options passionnément vécues, poétiques et inventives, la piété incandescente du Grand Vénitien."" Classica-Répertoire