• Mon compte
  • Panier

Cahier Croire Le merveilleux

Les surprises du ciel

Mais c’est merveilleux ! » Cette exclamation nous ferait-elle trop souvent défaut, quand on évoque les signes, peut-être ténus mais bien réels, que Dieu nous fait ? Et notre esprit bien rationnel ne nous fait-il pas parfois oublier de voir les belles choses qui nous entourent ? Pour ce Cahier croire consacré au merveilleux, il s’est avéré délicat de faire la part des choses. En savoir plus

Soyez le premier à commenter ce produit

10,00 €

Mais c’est merveilleux ! »

Cette exclamation nous ferait-elle trop souvent défaut, quand on évoque les signes, peut-être ténus mais bien réels, que Dieu nous fait ? Et notre esprit bien rationnel ne nous fait-il pas parfois oublier de voir les belles choses qui nous entourent ? Pour ce Cahier croire consacré au merveilleux, il s’est avéré délicat de faire la part des choses. Le merveilleux n’est pas le surnaturel…

Dieu ne fait pas des tours de magie et notre foi n’est pas, quoi qu’on en dise, une compilation de tours de passe-passe. Et pourtant, que de choses étonnantes dans les Écritures ! Passage de la mer Rouge à pied sec, buisson qui brûle sans se consumer, jeune fille vierge qui se retrouve enceinte et chante que le Seigneur fit pour elle « des merveilles » ! Alors, est-ce Dieu qui est merveilleux ou est-ce son amour inventif et délicat qui agit dans l’ombre pour transformer les gens et les événements? Sans doute les deux...Mais on le sait…

Le merveilleux ne doit pas être recherché, attendu, parfois même, pour certains, inventé. Jésus lui-même a refusé ce rôle de faiseur de miracles qu’on voulait lui faire tenir. Et la vie hélas nous enseigne que tout n’est pas toujours merveilleux, que des enfants meurent, que des accidents se produisent, que des guerres n’en finissent pas...

Reste donc à garder, contre tout attente, et parfois contre toute espérance, le souci un peu fou qui consiste à toujours voir ce qui est en germe, ce qui ne demande qu’à éclore et fleurir, ce qui a imperceptiblement changé. Voir Dieu à l’œuvre demande un regard aiguisé, une attention de chaque instant aux événements et aux personnes. C’est à cette condition qu’un Dieu merveilleux se dévoile. Voir pour croire ? Non.

Mais croire et voir, voilà sans doute ce qui caractérise le croyant. L’œil qui s’habitue aux merveilles de Dieu ne finit pas d’en voir. Partout !

Votre avis nous intéresse