• Mon compte
  • Panier

Cahier Croire La solitude

Amie ou ennemie ?

Fuyant toute chose, celui qui aime Dieu se retire auprès de Dieu. » Saint Basile, père de la vie monastique, avait fait de la solitude le lieu où Dieu se communique à l’âme. Avec son frère jumeau, le silence, la solitude serait le milieu vital hors duquel une âme de prière ne saurait se trouver à l’aise.

- 64 pages- Format : 18,5 x 23 cm En savoir plus

Soyez le premier à commenter ce produit

10,00 €

« Fuyant toute chose, celui qui aime Dieu se retire auprès de Dieu. » Saint Basile, père de la vie monastique, avait fait de la solitude le lieu où Dieu se communique à l’âme. Avec son frère jumeau, le silence, la solitude serait le milieu vital hors duquel une âme de prière ne saurait se trouver à l’aise. Et en effet, le recours à la solitude est très présent dans les écrits bibliques. Jésus conseille à ses disciples de prier « dans le secret »… C’est donc sur la conviction que l’homme a besoin de solitude, que ce Cahier croire s’est construit. Et pas seulement l’homme priant ; mais l’homme qui vit, travaille, s’agite, consulte ses écrans à tout bout de champ, au risque de s’y perdre. Il y a pour l’homme un devoir de solitude, celle qui permet « d’être à soi » comme le dit Montaigne, de faire le « pas de côté » nécessaire avant de retrouver ses pairs. Les pèlerins de Saint-Jacques le savent bien… Pour autant, si la solitude a du bon, et même du très bon, elle devient dévastatrice quand elle se transforme en isolement, quand elle dérape vers l’enfermement et l’agitation intérieure. D’ailleurs Dieu le savait bien lui qui, face à un Adam dépressif, s’est aperçu qu’il n’était pas bon que l’homme soit seul… C’est donc toute cette ambivalence de la solitude que ce Cahier Croire a tenté d’exprimer, qu’elle concerne aussi bien le moine dans sa cellule, plein de l’amour de Dieu mais torturé par ses démons intérieurs, que tout un chacun aux prises avec ses propres enfermements. Cette réflexion est menée, comme d’habitude par des experts en « solitude » : biblistes, moines, théologiens et psychothérapeute. Chacun a sa vision de la solitude, chacun en donne ses avantages et ses dangers. Vous trouverez dans ce numéro une nouveauté. Elle concerne l’atelier spirituel que nous avons voulu en lien avec l’expérience d’une communauté religieuse. Cette fois-ci qui mieux que les Chartreux peut nous éclairer sur cette facette de notre condition humaine, et spirituelle ?

Votre avis nous intéresse