• Mon compte
  • Panier

Cahier Croire La liberté

Une conquête sans fin

Il est difficile de parler de liberté dans un Cahier croire sans passer par les Écritures. Les textes bibliques n’en font pas un sujet de philosophie. Mais ils en parlent comme d’une expérience à faire. Celle de la libération que le croyant éprouve dans sa rencontre avec Dieu. Être libre, c’est être libéré, par Dieu, de nos servitudes multiples. Cette libération change la vie. Quand Paul demande à Philémon de bien accueillir son esclave Onésime qui a pris la fuite, il ne lui force pas la main, il lui fait confiance, lui suggérant tout juste, entre les lignes, de renoncer à son pouvoir de maître. En savoir plus

Soyez le premier à commenter ce produit

10,00 €

Il est difficile de parler de liberté dans un Cahier croire sans passer par les Écritures. Les textes bibliques n’en font pas un sujet de philosophie. Mais ils en parlent comme d’une expérience à faire. Celle de la libération que le croyant éprouve dans sa rencontre avec Dieu. Être libre, c’est être libéré, par Dieu, de nos servitudes multiples. Cette libération change la vie. Quand Paul demande à Philémon de bien accueillir son esclave Onésime qui a pris la fuite, il ne lui force pas la main, il lui fait confiance, lui suggérant tout juste, entre les lignes, de renoncer à son pouvoir de maître.

Notre liberté s’inscrit entre contraintes et limites. Elle est un travail sur soi, elle se conquiert, parfois dans la douleur. Peut-être Philémon a-t-il trouvé que Paul lui en demandait beaucoup. Accueillir « comme un frère » un esclave enfui ? Et si Paul avait deviné qu’en posant cet acte libérateur pour Onésime, le maître lui-même se libérait ? Dans le désert, le peuple hébreu trouvait la vie trop dure, le prix de la liberté trop élevé et regrettait les marmites de viande des Égyptiens. Dans le livre de Samar Yazbek dans lequel dix-neuf femmes syriennes témoignent de leur calvaire, l’une d’elle avoue qu’une question la taraude jour et nuit : « Tout ce sang répandu et ces morts accumulées en valaient-ils la peine, était-ce le prix à payer pour la liberté et la dignité que nous réclamions ? »

La liberté, si chère au coeur français, n’est donc pas un mot à prendre à la légère. Invitation à traverser bien des épreuves pour se construire, elle est aussi une exigence évangélique. Quand Jésus dit que la vérité nous rendra libres, cela veut dire que c’est en passant par lui que nous trouverons la liberté. Et parce que Jésus m’a libéré, nul ne peut me soumettre, nul ne peut me priver de mes droits, nul ne peut me contraindre. Les scandales que connaissent certaines communautés religieuses ont alerté sur la réalité de cette liberté qui est le contraire d’une obéissance servile, d’une pression sur la conscience. Rester libre est toujours un travail. Respecter la liberté de l’autre, une exigence.

Votre avis nous intéresse