• Mon compte
  • Panier

Cahier Croire La colère

L'expression d'une époque

Entre « saintes colères » et contrôle des passions, ce Cahier essaie de revisiter cette émotion profonde et de lui donner sa juste place. Entre justice et charité, la colère se glisse et devient source d’engagement. En savoir plus

Soyez le premier à commenter ce produit

10,00 €

Tout le monde est en colère. » Combien de fois n’avons-nous pas entendu ce constat désabusé ? La colère gronde en effet partout : en France, mais aussi dans d’autres parties du monde, où des scènes de grande violence viennent ponctuer cette colère des peuples. Les causes sont multiples : frustrations, découragement, sentiment d’impuissance, certitude d’être oublié, rejet de l’autorité et des discours considérés comme méprisants. La colère est une émotion difficilement contrôlable et lui laisser libre cours peut conduire aux pires dérives. L’histoire en est remplie. Dans les Écritures, la colère de Dieu est maintes fois exprimée. Et il faut parfois toute la ténacité d’un homme pour en enrayer les effets dévastateurs. On se souvient d’Abraham négociant avec lui… Mais les colères de Dieu retombent vite et on finit par comprendre combien ses fureurs servent l’homme. Dieu aime trop, et il est déçu… Mais, au fil du temps, sa miséricorde l’emporte. Après le veau d’or, Moïse ne proclame-t-il pas sa foi au « Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère, riche en grâce et en fidélité » ? (Is 54) Si Dieu s’emporte, c’est qu’il nous veut saints, aimants, fidèles.

Ce Cahier croire revient sur cette émotion brutale et souvent asservissante que l’on nomme colère. Les écrits bibliques s’en font largement écho et toute notre tradition spirituelle tente d’en ordonner les élans. Oui, certaines colères sont justifiées et, parfois, elles sauvent l’homme du désastre. Combien d’indignations sont-elles légitimes ! On se souvient du cri de l’abbé Pierre : « Au secours mes amis ! » Mais combien d’autres se passent de la raison et ternissent les relations. Parfois même, elles provoquent le pire. « Pourquoi es-tu irrité, pourquoi ce visage abattu ? », demande Yahveh à Caïn. Et, plus loin : « Le péché est accroupi à ta porte. Il est à l’affût, tu dois le dominer » (Genèse 4). Entre « saintes colères » et contrôle des passions, ce Cahier essaie de revisiter cette émotion profonde et de lui donner sa juste place. Entre justice et charité, la colère se glisse et devient source d’engagement.

Votre avis nous intéresse