• Mon compte
  • Panier

Cahier Croire La Ville

La ville un défi pour la foi

La moitié de la population mondiale vit aujourd’hui dans des villes dont beaucoup sont d’immenses mégapoles, lieux de diversité humaine, de rencontres, de vie, de travail, de créativité, de poésie, mais aussi de pauvretés, de violences et d’exclusions. Cela ne date pas d’hier. Dans la Bible, cent trente villes sont mentionnées et les mots « ville » « village » ou « cité » apparaissent plus de 1 200 fois. Souvent pour évoquer leurs turpitudes. - 64 pages - Format : 18,5 x 23 cm En savoir plus

Soyez le premier à commenter ce produit

10,00 €

"La moitié de la population mondiale vit aujourd’hui dans des villes dont beaucoup sont d’immenses mégapoles, lieux de diversité humaine, de rencontres, de vie, de travail, de créativité, de poésie, mais aussi de pauvretés, de violences et d’exclusions. Cela ne date pas d’hier. Dans la Bible, cent trente villes sont mentionnées et les mots « ville » « village » ou « cité » apparaissent plus de 1 200 fois. Souvent pour évoquer leurs turpitudes. On se souvient de Sodome et Gomorrhe, de Ninive, ou encore de la pire de toutes : Babylone, la ville du mal par excellence. Jésus, lui, inaugure un ministère urbain : « Jésus va dans les villes et les villages. Il annonce partout la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu » (Luc 8,1). Il parcourt donc toutes les villes de son époque, avec une prédilection pour Capharnaüm, dans laquelle il prêchera et fera plusieurs miracles. Et c’est à Jérusalem, la ville sacrée, fourmillante, dans laquelle se pressent à dates fixes les grandes foules de pèlerins du monde antique, que son sort se joue. La ville est donc un élément essentiel des récits bibliques. Elle deviendra le socle de l’évangélisation, le lieu où la diffusion du christianisme se fera le plus rapidement, et ce jusqu’à aujourd’hui.

Ce Cahier croire a fait appel à des historiens qui ont étudié l’impact du phénomène urbain sur l’évangélisation. On s’aperçoit que la ville, si elle a souvent fait peur aux autorités ecclésiastiques, s’est toujours montrée accueillante aux innovations pastorales. Même perdue aux yeux du monde, elle se rachète par la force et la foi de ceux qui y mettent en pratique, à toutes les époques, les Béatitudes. Ils sont nombreux, en ville, ceux qui pleurent, ceux qui doutent, ceux que marginalisent la pauvreté et l’exclusion. Et ils sont nombreux, les apôtres que nos grandes villes contemporaines suscitent. Ces périphéries que le pape François appelle à investir sont citadines et largement déchristianisées. Un vrai défi pour l’Église."

Votre avis nous intéresse